Qu'est-ce qu'une start-up ?

Tout le monde en parle, c’est le mot tendance dans la sphère des entreprises : la start-up. Mais qu’est-ce que c’est réellement ? Est-ce que n’importe qui peut en créer une ? À quoi consiste-t-elle ? Quand arrêtons d’en devenir une ? Elle a été le point de départ des grandes multinationales telles que Facebook, Twitter, Google, Amazon et Microsoft. Comment sont-ils en arrivés là ? Ce sont toutes les questions que vous vous posez et que nous allons tenter de répondre dans cet article. Nous vous donnerons aussi des astuces pour pouvoir bien réfléchir au potentiel lancement d’une boîte innovante. C’est une nouvelle manière de réussir dans l’univers entrepreneurial et de comprendre ses enjeux à l’ère du digital.

Définition d’une start-up

Tout d’abord, revenons à l’étymologie et à l’origine de ce fameux terme. Initialement, ce mot-là est anglais et plus précisément il vient des États-Unis. Il se traduit par «commencement» ou «départ». C’est une ellipse du mot «start-up company» qui se traduit par «firme qui démarre» ou «firme qui débute». Le mot «start-up» en français possède différentes expressions comme «jeune pousse» ou «société en démarrage» ou «firme qui débute».

Elle est généralement un simple projet ou une société lancée par un entrepreneur dans le but de développer et de faire valider un business model de manière évolutif. Contrairement aux types d’entreprises qui n’ont pas pour objectif de s’accroitre de manière conséquente, ces types de firme ont pour ambition de devenir très grandes. Quand elles réussissent ces dernières deviennent facilement pérennes. Les firmes de ce type qui réussissent sont appelées «licornes» car elles arrivent à être valorisées à plus d’un milliard de dollars. La plupart de ces jeunes pousses sont issues de la Sillicon Valley. Une de ses particularités est l’innovation, c’est-à-dire, un concept qui vise à améliorer des produits et des services anciens en proposant quelque chose de nouveau.

De cette manière, une firme qui démarre est lancée par un petit comité de personnes (des co-fondateurs) ou généralement par un seul fondateur dans le but de trouver une solution à un problème. Dans un premier temps, le créateur de la firme qui débute doit faire valider son projet sur le marché puis il passera par un entretien concernant la solution proposée par sa firme et ensuite par la réalisation du produit minimum viable, aussi appelé MVP (minimum viable product). Ce dernier est une stratégie dans le but de développer un produit, elle est pratiquée pour effectuer rapidement des tests de mise sur le marché d’un service ou d’un concept conçu par la boîte. Autrement dit, c’est le prototype du produit afin de le faire valider au niveau du marché, cela permet de comprendre son utilité et pourquoi il peut être intégré. C’est Eric Ries qui l’a rendu célèbre dans son ouvrage «The Lean Startup ».

Un pionnier de la Silicon Valley, la maison mère de ces récentes firmes, Steve Blank en a donné une définition claire et simple. Selon lui, celle-ci est une organisation temporaire conçue pour trouver un modèle d’affaires reproductible et évolutive. Effectivement, elle est une firme en phase, elle ne reste pas définitivement sous ce statut, c’est un point de départ pour la firme qui cherche à s’agrandir rapidement. Son objectif principal durant cette période de démarrage en tant que jeune pousse est de trouver un modèle d’affaires fiable et qui réussit. L’idée innovante qu’elle trouvera lors de sa stratégie de développement de produit doit lui permettre de concrétiser son business model et de devenir une firme après un processus concret et efficace. Elle se démarque des firmes déjà existantes en proposant quelque chose d’innovant, d’original et de nouveau.

De plus, elle propose quelque chose, après avoir réussi son business model, qui est potentiellement reproductible et commercialisable sur le marché. Le concept et / ou service innovant doit pouvoir être disponible dans un grand nombre d’endroits. Ce qu’elle propose doit pouvoir être dispersé et être utilisable à grande échelle.

La question que vous vous posez sûrement : comment cette idée et ce concept est apparu ? Pourquoi cela est devenu quelque chose d’historique et de répandu à travers le monde ? Pour répondre à vos différentes interrogations, nous allons retracer les points-clés de l’histoire de ce nouveau phénomène.

Les points historiques de la start-up

En effet ce phénomène est apparu aux États-Unis. En outre, ce mot commence à émerger dans les années 20 sur le continent américain. Mais, c’est en 1976 qu’on commence réellement à l’utiliser, c’est le célèbre magazine Forbes qui le cite dans un de ses articles : “unfashionable business of investing in startups in the electronic data processing field.”.

À la fin du 20ème siècle, aux États-Unis, ces firmes dynamiques spécialisées dans les TIC (technologies de l’information et de la communication) ont donné naissance à des grandes inventions numériques. Et cela a commencé dans des endroits peu conventionnels. En outre, quand on parle de grandes firmes du numérique et des dernières technologies qui ont réussi, on pense au mythe du garage. HP, Apple, Google ont tous commencé leurs réalisations dans leur garage avant devenir des géants du numérique. Ces trois garages sont situés très proches de la célèbre Silicon Valley.

En 1939, c’est dans son garage situé dans la ville californienne de Palo Alto que David Packard a conçu et développé sa firme connue sous le nom de HP (Hewlett-Packard). Sa firme a connu un énorme succès dans le domaine informatique.

En 1976, c’est au tour de Steve Jobs de lancer son concept d’ordinateurs dans son garage, au côté de son ami Steve Wozniak. Ils vont développer et concevoir le tout premier ordinateur d’Apple : l’Apple I. Par la même occasion, ils vont créer leur firme connue sous le nom d’Apple. C’est à la même période que Microsoft, un de ses plus gros concurrents, s’est développé.

En 1997, l’un des plus célèbres moteurs de recherche web va voir le jour dans un garage. En effet, c’est dans leur garage, situé dans la ville californienne de Menlo Park, que les deux amis Larry Page et Sergey Brin vont concevoir Google. www.google.com sera enregistré à la date du 15 septembre 1997.

D’autres grandes firmes qui ont été des start ups au départ vont voir le jour entre le milieu des années 90 et le début des années 2000 telles qu’Amazon en 1994 et Facebook en 2004.

La plupart de ces firmes ont évolué dans un univers dynamique, universitaire et attaché aux nouvelles technologiques comme Internet, l’informatique et le Web. L’endroit qui a concentré tous ces domaines : la Silicon Valley.

La Sillicon Valley signifie «la vallée du silicium» en français. Son nom est à l’origine du matériau de silicium qui était l’ingrédient de base pour la réalisation de puces électroniques. Ces puces sont le symbole des grandes firmes d’ordinateurs car ces ordinateurs sont composés de ces mêmes puces. Le terme de Silicon Valley a été inventé par un journaliste américain Don Hoefler. Ce lieu emblématique des start up est situé en Californie plus précisément à San Francisco. L’université de Stanford trouve son emplacement au même endroit. D’ailleurs, les deux créateurs de Google étaient des étudiants de cette même université avant de la quitter pour fonder Google. C’est le berceau d’un grand nombre de campus et de firmes du numérique. On appelle ça une technopôle. Les grandes firmes américaines des TIC sont implantées dans cette technopôle : Google, Apple, eBay, Facebook, HP, Adobe Systems, Intel, Oracle Corporation, Dolby, Yahoo!, SanDisk et bien d’autres encore.

De plus, son équivalent français est la French Tech, c’est le label de ces firmes françaises. À Aix-en-Provence, il y a un campus dédié aux transitions sociales et technologiques qui s’inspire de la Silicon Valley, c’est The Camp.

Quelle est la différence entre une start-up et une entreprise ?

Une chose qu’il ne faut pas confondre et dont vous devez possiblement faire l’erreur est de confondre une firme classique avec une start-up. De plus, il peut être normal de les confondre ou tout simplement de ne pas connaître leur différence.

Une startup est une firme qui n’a pas encore de business model stable mais qui le cherche et essaye de le faire fonctionner. Elle est le tout début d’une entreprise qui essaye de grandir de manière exponentielle.

Une entreprise dispose déjà d’un modèle d’affaires et n’a pas forcément l’ambition de grandir de manière importante. Il connaît son secteur et expert dans le champ dans lequel il exerce. Le contraire est la difficulté rencontrée possiblement par une start-up.

La grande différence entre ces deux types de firme : le modèle d’affaires.

De plus, la startup prend des risques et en constante quête d’innovations contrairement à une petite firme classique. Elle fonde au fur et à mesure son modèle d’affaires.

Désormais maintenant que vous connaissez la différence entre firme et startup. Il serait intéressant de connaitre ou pouvoir baser sa start-up et ou la faire évoluer. Il existe des structures dédiées à cela. Précédemment nous avons cité un lieu emblématique et consacré aux start ups aux États-Unis : la technopôle de la Silicon Valley. Mais il y en a bien d’autres, on vous explique tout !

Les structures pour développer sa start-up

Accélérateurs, pépinières, incubateurs…. ça ne vous dit peut-être rien. Mais ce sont des concepts à prendre en compte si vous souhaitez démarrer votre start-up.

Les incubateurs et les accélérateurs sont tous les deux des structures qui ont pour but d’accompagner ces firmes-là dans leur réalisation mais il y a des différences entre ces deux types d’organisations qu’il est important de connaître.

Un incubateur est une structure qui peut être publique, c’est le cas des incubateurs en lien avec la recherche publique et de ceux provenant des grandes écoles. Pour ce type de cas précis, il existe une trentaine d’incubateurs français. Pour le cas des grandes écoles, il y a celle de l’HEC Paris13, de l’IFAG Paris, et de Grenoble École de management, par exemple. Elle peut être privée aussi donc elle a évidemment l’intention d’être lucrative. Ainsi, elle fait du profit dans le but d’être rentable. Elles peuvent prendre un certain pourcentage des revenus de la firme innovante. Par exemple, Numa en est une. L’objectif de ces derniers est d’accompagner les start-ups durant une période de 1 à 2 ans. Elle les aide à faire de leurs idées et de leurs objectifs des actions concrètes et en leur permettant de devenir de réelles firmes. Les incubateurs proposent comme prestations : de l’hébergement, un accompagnement personnalisé, du mentorat, etc.

Un accélérateur est une structure qui propose ses prestations d’accompagnement généralement sur une période plus courte, une durée qui peut atteindre jusqu’à 6 mois. Cette structure comme son l’indique vise à accélérer la croissance de la récente firme. Pour celle-ci, dans son accompagnement, l’accélérateur est la suite logique après avoir bénéficié des services de l’incubateur. De plus, un accélérateur n’accepte pas tous ces types de firme, elle les accepte sous certaines conditions et critères. De ce fait, en très peu de temps, vous bénéficiez d’une progression éclaire grâce à ce genre d’aide.

Une pépinière est aussi une structure d’accompagnement pour les start-ups. C’est surtout un endroit pour héberger votre firme. Elle accompagne toutes les firmes de moins de 3 ans. À Marseille, une pépinière, elle s’appelle Marseille-Innov, elle fait partie de la French Tech Aix-Marseille.

Vous souhaitez probablement créer une firme. Alors pourquoi ne pas créer une startup ? Nous vous expliquer pour quelles raisons il est conseillé d’en créer une.

Pourquoi créer une start up ?

Tout d’abord, parce qu’en France, aujourd’hui il est très facile de la créer. Effectivement, il ne vous faut qu’une semaine pour créer votre récente firme, ainsi quelques procédures administratives qui ne se comptent que sur les doigts d’une main. D’ailleurs, cela revient moins cher que dans certains pays. Cela devient donc très avantageux pour vous. Quoi de mieux qu’une réalisation de firme extrêmement rapidement à moindre cout ? Legalstart.fr vous permet d’en créer rapidement une.

Mais cela n’est pas la seule raison. Effectivement, en France, il y a un savoir-faire indéniable, vous bénéficiez d’un grand nombre de talents, de chercheurs et d’experts qui pourront vous aider à créer et à travailler à vos côtés dans le domaine dans lequel vous souhaitez créer votre start-up. Et cela n’est pas si coûteux que vous le pensez. Vous pouvez aussi bénéficier du label de la French Tech regroupant des professionnels de l’innovation, des technologies ainsi que bien d’autres firmes.

De plus, vous ne serez pas seul dans votre conception d’entreprise. Comme cité précédemment, des structures peuvent vous aider : incubateur, accélérateur, pépinière, etc. Mais la Bpi (Banque publique d’investissement) accompagne aussi les start-ups en leur proposant des façons de les financer par exemple avec le concours d’innovation i-Lab ou la bourse French Tech.

La spécificité des start-ups qui est l’innovation et les technologies permettent à votre firme de vous démarquer des firmes ordinaires. Généralement, selon des études, ces firmes réussissent mieux que les firmes classiques. De plus, elles grandissent très vite et connaissent un fort accroissement si elles suivent toutes étapes de bon avancement. Si vous souhaitez vous étendre à l’international, le fait d’en créer une est très favorable pour vous. De plus, vous embauchez des personnes et cela favorise véritablement les perspectives d’emploi sur le territoire français.

Ainsi, plusieurs raisons vous expliquent pourquoi il est fortement recommandé d’en créer une : facilité de sa réalisation, plusieurs financements possibles, un environnement professionnel intéressant et un accompagnement riche et personnalisé. Du début à la fin de votre startup vous aurez toutes les clefs pour pouvoir en créer une dans les meilleures conditions qui soient. Donc n’attendez plus et passez à l’action car la France est l’environnement idéal pour rendre votre ambition réalisable et concrétisable. Ce genre d’organisation est la firme d’avenir pour tous ceux qui souhaitent créer une initiative innovante.

Comment financer sa start up ?

Maintenant que vous avez décidé d’entreprendre sa conception. Vous souhaitez sûrement avoir recours à des aides financières pour la financer. Cela tombe bien car en France il existe différentes façons de le faire.

Voici différentes façons pour assurer le financement de votre boîte :

  • L’auto-financement : si vous avez mis assez d’argent de côté comme de l’épargne, alors avec vos propres moyens et votre propre capital, vous avez l’occasion de pouvoir monter votre boîte innovante. Vos fonds propres vont vous permettre d’expérimenter votre projet de start-up directement sur le marché.
  • Les proches (ou la LOVE money) : si vous n’avez pas assez de fonds propres, pourquoi ne pas faire appel à votre famille ou à vos amis. Ils peuvent vous prêter des fonds sans pour autant vous demander des intérêts contrairement aux établissements bancaires. Vous pourrez les rembourser par la suite.
  • Le financement participatif (Crowdfunding) : c’est une autre manière de la financer, c’est-à-dire que vous solliciter un grand nombre de personnes dans l’objectif de financer votre projet. C’est un outil de collecte de fonds. Il en existe plusieurs comme par exemple : KissKissBankBank, Ulule, Kickstarter, Indiegogo, etc. Ces manières de financer sont la plupart du temps, dans ces cas-là, des contributions, de prêts ou des dons.
  • Prêts bancaires : une autre solution est de solliciter une banque pour la conception de votre firme. Mais dans ce cas-là vous devrez payer des intérêts et il faut disposer d’un business plan prêt.
  • L’aide publique de la BPI (Banque Publique d’Investissement) : la BPI, très investie dans l’avancement de ces types de firme, offre des aides financières comme par exemple des bourses, de l’aide à travers des incubateurs et des prêts d’amorçage.
  • Business Angels : on l’appelle aussi investisseur providentiel, c’est une personne qui investit dans le capital de votre récente firme à ses tout débuts comme au stade de la création et de l’amorçage. Il investit durant les étapes dites risquées de l’investissement. Ils ont pour objectif d’obtenir des bénéfices de votre firme. Ce type d’investisseur vous aidera dans la progression de votre firme grâce à son réseau et son expertise. Il est souvent déjà chef d’entreprise, un membre d’une family office ou un entrepreneur. La FFP (fédération France Angels) peut mettre à votre disposition son réseau de 5000 membres.
  • Capitaux-risqueurs : ils sont comparables aux business angels mais ils investissent dans votre boîte à une période plus avancée. Ils ont pour objectif de récupérer des bénéfices plus élevés que les anges d’affaires, de ce fait, les capitaux risqueurs investissent conséquemment dans ces firmes.
  • Banques d’investissement : lorsque votre boîte actuelle aura réussi à attendre ses objectifs et qu’elle aura grandi suffisamment, une banque d’investissement pourra être sollicitée pour faire entrer en bourse votre firme.
  • Les salariés de votre firme : vos salariés peuvent investir dans votre nouvelle firme et de la même façon recevoir des dividendes et des bénéfices de votre entreprise.

Comme vous pouvez lire, il y a plusieurs façons de mettre au point et d’avoir des fonds pour créer et faire émerger votre jeune pousse. De ce fait, vous pouvez commencer à parler de votre initiative avec vos proches et pourquoi ne pas vous lancer directement avec un d’entre eux pour sa création. S’ils ont quelques économies, pourquoi ne pas vous accompagner dans cette aventure ? Si cela n’est pas possible vous pouvez solliciter la BPI, des établissements bancaires ou bien des investisseurs selon les différents stades de votre firme.

Conclusion

Dans cet article, vous venez d’en apprendre plus sur cette boîte tendance à travers sa signification, son histoire, les structures qui permettent de les développer, les raisons pour lesquelles il est favorable d’en créer une et enfin comment la financer.

Elle est l’entreprise la plus prometteuse et qui a permis l’avènement de l’informatique, d’Internet et des dernières technologies et de permettre à plusieurs concepteurs de devenir des géants dans leur domaine. Si vous êtes friand d’innovation et que vous souhaitez grandir très rapidement, pourquoi ne pas vous lancer dans l’aventure et rentrer dans cet univers ? Une idée simple qui est assez originale peut devenir une grande firme. Ainsi, vous participerez à l’évolution de l’économie française en vous lançant là-dedans. N’hésitez plus !

Fermer le menu
Call Now Button Nous Appeler