Les nouveaux métiers du numérique

Ces dernières années, le déploiement des nouvelles technologies de l’information et de la communication a fait émerger de nombreux nouveaux métiers dans le secteur du numérique. Les entreprises sont constamment à la recherche de nouveaux talents avec des compétences digitales. Quels sont ces nouveaux métiers ? Quelles sont les qualités requises ? Quel salaire ces nouveaux acteurs du numérique perçoivent-ils ?

Le développeur web : un métier fortement demandé

Le développeur web ou informatique réalise et améliore les fonctionnalités techniques d’un site ou d’une application web. Avant de concevoir un site ou une application sur-mesure pour un client, le développeur établit un cahier des charges qui fixe les besoins et les objectifs des utilisateurs. Après la création du projet informatique, il effectue des tests pour pouvoir lancer correctement le logiciel ou l’application. Il doit donc fournir des solutions techniques aux éventuels problèmes rencontrés. 

Pour être un bon développeur web, vous devez connaître l’environnement informatique, avoir de bonnes connaissances en systèmes de gestion de contenu (CMS) et maîtriser les langages de développement web tels que PHP, SQL, Java Les qualités requises : polyvalence, autonomie, adaptation aux évolutions et respect des délais.  

En moyenne, 9 développeurs informatiques sur 10 sont recrutés avec moins de deux ans d’expérience. Ce nouveau métier est fortement demandé sur le marché du numérique. 

Salaire brut mensuel : 2 000 euros pour un débutant, évolution rapide du salaire avec l’expérience. 

Le community manager,
le créateur de communautés

Le community manager, CM ou gestionnaire de communautés en français est chargé de créer et de fédérer une communauté d’internautes autour d’un même centre d’intérêt. En tant qu’ambassadeur de la « marque » auprès de la communauté d’utilisateurs, le community manager communique le message de l’entreprise vers l’extérieur. En retour, il rend compte des réactions des internautes aux services concernés de l’entreprise. Pour favoriser le dialogue et fidéliser sa communauté, le CM maîtrise les différents codes de sa cible en gardant en tête la stratégie de son employeur. Ses outils de travail sont les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, Pinterest…) et professionnels (LinkedIn, Xing, Viadeo…). Il travaille pour une agence, un annonceur, une entreprise ou une célébrité. 

Pour devenir un community manager hors-pair, vous devez être un passionné du web (réseaux sociaux, forums, blogosphère, sites d’informations…). Vous devez maîtriser le jargon technique de l’entreprise pour laquelle vous travaillerez ainsi que le référencement (naturel et payant) et les moteurs de recherche. Les qualités souhaitées : créativité, fiabilité, réactivité et sociabilité.  

Salaire brut mensuel : 2 000 euros pour un débutant, augmentation rapide. 

Le data analyst et le data scientist : une maîtrise parfaite des chiffres

Le data analyst et le data scientist sont responsables de la gestion et de l’analyse du « Big data », c’est-à-dire de la masse de données présentes sur Internet. Leur objectif est de donner du sens à l’ensemble des données extraites afin d’aider l’entreprise à effectuer des choix opérationnels ou stratégiques. Le data analyst et le data scientist sont ainsi capables de créer de nouveaux modèles d’analyse pour traiter tout type de données qui ne peuvent pas être analysées avec des outils classiques de gestion de bases de données. Cette forme de créativité les distingue donc d’un pure statisticien. Leur travail est déterminant de la stratégie d’organisation.   

Le data analyst s’occupe principalement d’une source de données spécifique tandis que le data scientist possède une vision transversale et croise les données de sources diverses. Généralement, après une expérience significative, le data analyst évolue vers le poste de data scientist. 

Le data analyst et le data scientist sont des spécialistes des chiffres, des statistiques et des logiciels informatiques. Pour exercer ce métier, vous devez donc avoir des prédispositions aux mathématiques et posséder des connaissances en informatique (gestion de bases de données, par exemple). Les qualités demandées : rigueur, précision, organisation, passion des chiffres et des statistiques et respect de la confidentialité des données. 

Salaire brut mensuel : 2 900 euros pour un data analyst/scientist sans année d’expérience ; jusqu’à 4 500 euros pour un professionnel expérimenté. 

L'UX manager : l'expérience de l'utilisateur avant tout

L’UX manager est le responsable de l’expérience du client sur un site web ou une application. Sa mission est de faciliter l’usage du site internet ou de l’application web/mobile à l’utilisateur. L’UX manager doit rendre le plus intuitif possible le parcours de l’utilisateur sur la plateforme. Son rôle est essentiel pour réussir un projet. En effet, l’attractivité, l’optimisation, la fonctionnalité et l’ergonomie d’un site sont des facteurs permettant de fidéliser les utilisateurs. Le parcours de l’utilisateur doit être rapide et simple et doit se distinguer de ses concurrents. L’UX manager collabore dans la plupart du temps avec l’équipe de création du projet. Il lui fait parvenir ainsi ses observations et lui suggère des conseils en fonction des besoins des utilisateurs. 

Pour commencer une carrière d’UX manager, la rigueur, la créativité, la précision et des compétences informatiques sont des qualités indispensables. Des formations supérieures (à partir de bac +2) existent pour pouvoir trouver un emploi en tant qu’UX manager.   

Salaire brut mensuel : environ 2 700 euros pour un UX manager junior et jusqu’à 5 900 euros pour un expert du domaine. 

Le traffic manager, le spécialiste de l'acquisition de trafic en ligne

Le traffic manager optimise tous les leviers d’acquisition de trafic sur Internet aussi bien le référencement que les partenariats. L’objectif de ses actions est d’offrir de la visibilité au site internet de l’entreprise et de générer un maximum de trafic et de chiffre d’affaires. Pour y parvenir, il crée, planifie et anime des campagnes publicitaires. L’impact de ces campagnes est la première source de revenus d’une multitude de sites web. Les outils d’un gestionnaire de trafic pour une campagne commerciale sont divers : bandeaux et bannières, pop-ups (les fenêtres qui s’ouvrent automatiquement après avoir cliqué sur un lien), les bandeaux horizontaux (« expand banners »), les publicités verticales présentes sur le côté d’un écran (« skyscrapers »), etc. Le traffic manager surveille également les campagnes en remplaçant ou supprimant, par exemple, les publicités devenues obsolètes. Finalement, cette personne s’occupe de la réservation des emplacements publicitaires et du reporting

Le métier de traffic manager nécessite des compétences techniques (maîtrise des outils de tracking et de retargetting, connaissances du Web et de ses différents langages) et un savoir-faire précis en marketing digital.  

Salaire brut mensuel : environ 2 000 euros pour un débutant et jusqu’à 3 500 euros pour un traffic manager expérimenté. 

Fermer le menu
Call Now Button Nous Appeler